Nomade Bannière site 2(8)

TRAPES

Tous en réseau autour de la prévention
et de l’expérience du surendettement.

TRAPES est née d’un groupe de soutien. Les intentions qui animent cette initiative lancée en 2013 sont de donner une opportunité d’améliorer l’estime de soi, de sortir de l’isolement et de stimuler l’entraide (échanges de bons plans, écoute, soutien pour certaines démarches…). L’objectif est d’offrir un lieu de partage d’expériences entre personnes vivant la problématique du surendettement. Il est ouvert à toute personne suivie par un service de médiation de dettes.

« Un jour, j’ai vu une affiche pour les groupes de soutien, avec un bateau qui tanguait, des tas de gens dans la même galère, des help, ça m’a parlé, des tas de gens dans la même situation que moi, donc j’ai pris contact avec l’animateur et j’ai rejoint le groupe. J’y ai trouvé un climat bienveillant, une écoute attentive, café, biscuits, on était en cercle avec l’animateur, il y avait des images pour s’exprimer, exprimer son état d’esprit, la météo du jour, décrire à chacun son vécu, ça résonnait énormément entre nous. C’est incroyable, une entraide extraordinaire, échange de bons plans au niveau alimentaire, culturel, de la santé… On a beaucoup parlé des médiateurs judicaires, des huissiers avec lesquels on avait tous de graves problèmes, souvent conflictuels. Pas facile de gérer la honte, notamment pour demander de l’aide, pas évident même de participer à un groupe, mais une fois lancé, on sent l’empathie. On sait que l’argent est tabou dans la société et qu’on est vite isolé parce que c’est pas possible d’apporter une bouteille de vin à un repas, un cadeau à un enfant… on est de plus en plus isolé, on passe par tous les sentiments : la honte, la colère, le déni, le dépit, l’amertume, la peur… Le groupe de soutien m’a énormément aidé et c’est comme ça que par la suite, j’ai créé TRAPES avec les professionnel.le.s en tant que témoin du vécu. » Nat D.R. – Témoin du vécu chez TRAPES

Le théâtre-action est pour eux un moyen privilégié pour mettre en avant le pouvoir de la parole. Jouer des scènes de vie liées au surendettement permet de prendre du recul et développer un autre regard. Les participant.e.s ont aussi pu suivre une formation aux intelligences citoyennes autour du thème « dire le juste et l’injuste », toujours pour travailleur autour du vécu liés aux injustices.

Les participant.e.s ont aussi participé à des projets visant à retrouver une action citoyenne : rencontre avec des politiciens, participation à l’Alter Medialab[1] (un projet d’Alter Echos), interventions dans le cadre de la formation des médiateurs de dettes, des ateliers de Consom’acteurs et lors de cours d’assistant.e.s sociaux.ales, participation à des évènements : journée mondiale de la pauvreté, journée de l’observatoire du crédit…

Au fil des réunions et discussions, il apparait que les participant.e.s aux groupes de soutien désirent devenir acteurs.rices, partager leur expérience et mener des actions de prévention face au surendettement. Il y a la volonté de mettre en place des campagnes de sensibilisation, réaliser de nouveaux outils de prévention et bien sûr, poursuivre les groupes de soutien et les étendre aux 19 communes bruxelloises.

Un constat s’impose : le besoin des participant.e.s au groupe de soutien de partager leur expérience, de se joindre aux professionnel.le.s de la médiation de dette et de devenir des pair.e-aidant.e.s.

« En tant qu’ex-surendetté, toujours en précarité mais sans dette, j’ai compris les rouages des systèmes de crédit et donc à mon tour, j’aimerais écouter, soutenir, accompagner des personnes dans les démarches qu’ils ont à faire, toujours sans jugement, sans jugement de ce qui a déclenché l’engrenage : c’est la base de TRAPES. On arrive tous avec des situations différentes et on trouve tous des réponses différentes qui sont propres à chacun. Important d’être à l’écoute de l’autre et ne pas lui imposer sa réponse à soi. » Nat D.R. – Témoin du vécu chez TRAPES

Un réseau se constitue et en 2017, il devient l’asbl TRAPES (pour Tous en Réseau Autour de la Prévention et de l’Expérience du Surendettement). Il réunit des acteurs et actrices d’horizons divers en lien avec le surendettement : personnes étant ou ayant été en situation de surendettement, les services de médiation de dettes de la région bruxelloise, les centres d’action sociale globale, le centre d’appui aux services de médiation de dettes bruxellois, les services de prévention et des médias (Radio Gsara et Alter Echos.). TRAPES collabore avec plusieurs CPAS des communes bruxelloises, ainsi qu’ avec les experts du vécu[2] du SPP Intégration sociale.

TRAPES propose des animations, proposées par des témoins du vécu, pour sensibiliser à la problématique du surendettement et des préjugés qui en découlent. Elles sont à destination des professionnel.le.s, étudiant.e.s, personnes en difficultés financières… Dès l’amélioration des conditions sanitaires, il y aura des prises de contact (avec les maisons médicales, les société de logements sociaux…) pour leur proposer des animations et la mise en place de groupe de soutien. Ces animations sont disponibles sur demande.

Une formation à l’écoute est en cours de préparation pour pouvoir organiser une permanence téléphonique de 1ère ligne. Cette permanence va permettra d’écouter, accompagner et orienter les personnes en surendettement sans médiateur de dettes.

Il y aussi la volonté de mettre en place une permanence physique composé d’un professionnel.le et d’un.e témoin du vécu pour accueillir les personnes en besoins.

Leur moteur de TRAPES est de mettre autour de la table l’ensemble des personnes concernées. Le réseau veut développer collectivement une vision alternative et critique de la problématique du surendettement au sein des enjeux de la société actuelle.

« Je suis arrivé par le groupe de soutien au surendettement, en 2013, j’étais vraiment pas bien. Et donc, au bout de quelques années, on a réussi à régler nos problèmes et on a créé TRAPES, qui fonctionne à l’horizontale : nous avons la même parole que les professionnel.le.s, ça c’est vraiment chouette parce que toutes les décisions se prennent ensemble.» Nat D.R. – Témoin du vécu chez TRAPES

Plus d’infos sur www.trapes.be

[1] https://www.altermedialab.be/
[2] https://www.mi-is.be/fr/themes/experts-du-vecu