arton2879

Psytoyens

Fédération d’associations d’usagers en santé mentale.

L’ASBL Psytoyens est une fédération d’associations d’usagers en santé mentale. Créé en 2003, la fédération a évolué au fil des années et des missions qui lui ont été confiées. Toutefois, la philosophie générale de l’ASBL n’a pas changé : promouvoir la participation des usagers.

Objectifs

  • Informer les usagers sur les aides disponibles et leurs droits.

L’information à destination des usagers constitue un point central car celle-ci permet à chacun(e) de faire des choix éclairés par rapport à son trajet de soins. Une écoute téléphonique, un journal, un site internet, des conférences : tels sont les outils proposés en vue de répondre à cet objectif.

Des débats thématiques sont également organisés. Ils visent à informer les usagers et susciter des rencontres entre intervenants extérieurs et usagers, afin d’approfondir certaines sujets (loi sur l’administration des biens et de la personne, loi de protection des malades mentaux, la loi de défense sociale…).

Ces débats sont de deux types : le Cause-café et Psytoyens en débat.

Cause-café est destiné aux usagers de services en santé mentale. C’est l’occasion de se retrouver entre pairs, de sortir du cadre de la santé mentale stricto sensu, pour participer à une réflexion ou simplement passer un bon moment.

Psytoyens en débat permet de débattre, échanger, comprendre les enjeux de santé publique, questionner le système de santé, se forger un point de vue… Voilà l’objectif de ces réunions organisées régulièrement par Psytoyens, à destination des responsables d’associations et de tous les usagers qui veulent s’impliquer dans le mouvement. Ces réunions sont l’occasion de recevoir un expert extérieur, de récolter des avis sur une thématique à propos de laquelle Psytoyens a été interpellé, de répondre au questionnement d’une association…Il ne s’agit pas de trouver réponse à des problèmes personnels, mais de discuter ensemble des questions qui concernent les usagers de service de santé mentale, afin de forger, petit à petit, un point de vue qui leur est propre.

  • Soutenir le développement des associations et des comités d’usagers.

Psytoyens est un lieu d’échange de savoirs entre les associations membres et offre divers services : rencontres et débats entre les associations, soutien logistique et organisationnel, formation pour les responsables des associations, récolte de bonnes pratiques. Psytoyens encourage également la création de comités d’usagers au sein des services et institutions du champ de la santé mentale. Pour ce faire, l’asbl accompagne les usagers et les professionnels qui souhaitent s’investir dans ce processus.

  • Représenter les usagers de la santé mentale.

Cette représentation constitue la pierre angulaire de l’asbl. Des usagers représentant l’association participent à de nombreux conseils d’avis, commissions, comités d’accompagnement… Sur base des positions élaborées ensemble au sein de Psytoyens, de leur propre expérience et de celle d’autres usagers rencontrés au sein des associations, les représentants apprennent à débattre, d’égal à égal, avec les professionnels de la santé et du monde politique. Citons l’intégration de « représentants des usagers» au sein des projets de Réforme des soins de santé mentale (en Wallonie et à Bruxelles).Les représentants sont des personnes utilisatrices de services en santé mentale investies volontairement dans ce travail d’auto-représentation de la voix, du point de vue et des intérêts des usagers de la santé mentale.

Comment ça se passe?

La manière de fonctionner repose sur le postulat que les usagers disposent de leurs ressources propres. Psytoyens travaille sans diagnostic médical (psychiatrique) pour éviter toute stigmatisation. Ce sont tous des bénévoles/volontaires, jusqu’à la composition du CA[1] et tous travail à titre de « participation citoyenne ». Peu importe le projet, il y a des usagers impliqués.

Freins et plus-value

Quelques freins ont été constatés, comme le problème pour maîtriser les mécanismes financiers (pour les travailleurs en général et les bénévoles n’y échappent pas) et de la résistance de la part des professionnels.

Au niveau de la plus-value dégagée par ces expériences, on constate une remise en question des professionnels et une valorisation/prise en compte du discours des pair-aidants (la ville de Liège et le réseau Bruxelles Est consultent systématiquement Psytoyens pour élaborer leur projet).

www.psytoyens.be

[1]  www.psytoyens.be/structure/