bxl-laique_300x300

Atelier d'expression citoyenne

en milieu carcéral

De 2005 à 2010, Bruxelles-Laïque a tenu des ateliers d’expression citoyenne à la prison de Forest (Bruxelles).

Objectifs

  • Permettre aux personnes incarcérées de faire entendre leur voix dans l’espace public, voire d’interpeller la société civile ou le monde politique.
  • Restaurer les principes légaux de respect, de dignité, d’expression citoyenne et de participation inhérent au statut de prisonnier.
  • Développer une réflexion hors du principe déontologique sécuritaire.
  • Lutter contre l’absence d’autonomie des détenus.
  • Proposer une alternative au «no man’s land» humain dans lequel sont plongés les détenus.
  • Provoquer la prise en charge du projet par les détenus eux-même.

Comment ça se passe?

Afin de constituer un groupe de participants, les chargés du projet ont informé quasiment tous les détenus de la prison et ils ont rencontré individuellement les 15 premiers demandeurs pour les informer plus complètement de leur proposition. Les séances étaient organisées à raison d’une par semaine. Elles duraient chacune quatre heures.

Chaque séance était, à quelques exceptions près, précédée d’une réunion de préparation et suivie d’une réunion de débriefing. Les séances d’atelier étaient ponctuées d’un rituel d’entrée et d’un rituel de sortie : le point météo (l’humeur du jour). Chaque usager représente une force de proposition tant pour les questions de fond que pour les moyens techniques de donner corps au projet commun.

Pour faire face au turn-over inhérent à toute prison, la mémoire de travail est relayé des « anciens » vers les nouveaux arrivant (trois simultanément maximum). Lorsque l’AEC était expliqué aux personnes qui demandaient à y participer, le dispositif (cadre, principes, méthode, historique, intentions) étaient clairement expliqué, ainsi que l’idée de départ (permettre aux personnes incarcérées de faire entendre leur voix dans l’espace public, voire d’interpeller la société civile ou le monde politique).La transparence du dispositif a d’ailleurs été maintenue par les animateurs tout au long du projet.

Freins

  • L’attitude revendicative des usagers peut être mal vue par la direction et le personnel de la prison.

Plus-value

  • Mise en place d’un rapport de confiance, d’égal à égal, de solidarité entre les animateurs et les participants.
  • Stimulation de la liberté de conscience et de la puissance d’agir.
  • Effet boule de neige (demande de la part des détenus de la prison d’Ytres, détenus passent à Bruxelles-Laïque à leur libération pour réitérer l’expérience).

Pour en savoir plus

http://www.bxllaique.be/docs/ble/Bruxelles_Laique_Echos_2010_01.pdf

www.bxllaique.be